(L'Equipe)
L'Afrique, c'est foot

Nigeria, le plan de relance de Rohr

Après dix longs mois de sommeil en raison de la crise du Covid-19, les Super Eagles emmenés par leur jeune vedette Victor Osimhen reprennent leur envol le mois prochain. Avec deux matches test pour relancer la belle machine. (Crédit photo : site officiel de la NFF)

La dernière fois qu'ils se sont vus, c'était à Maseru, le 17 novembre dernier, à l'issue de leur victoire 4-2 contre les "Crocodiles" du Lesotho, sur un terrain synthétique fatigué. C'était dans l'ancien temps, avant la crise sanitaire liée au Covid-19. Ensuite, les deux matches éliminatoires pour la Coupe d'Afrique des Nations, initialement programmés en mars (contre la Sierra Leone, en aller-retour), ont été repoussés. Et l'hiver du football s'est installé durablement... Cet été, et alors que fédérations et sélectionneurs guettaient une bonne nouvelle, la FIFA a annoncé que l'Afrique, parmi d'autres confédérations, ne pourrait organiser de matches internationaux, et que la première fenêtre disponible pour les sélections serait fixée en octobre, entre le 5 et le 13. Mercredi finalement, le Nigeria, par la voix de son président, Amaju Pinnick, a officialisé son programme.
Deux matches de préparation contre la Côte d'Ivoire et la Tunisie...
Deux matches de préparation ont été fixés : le premier le 9 octobre contre la Côte d'Ivoire de Patrice Baumelle, le second quatre jours plus tard contre la Tunisie. Rien que du copieux ! Ces deux rencontres se disputeront en Autriche avec un protocole sanitaire très strict, sur un site qui reste encore à préciser. De fait, Gernot Rohr, le sélectionneur des Super Eagles depuis 2016, fera majoritairement appel à des joueurs basés sur le Vieux continent et dans les principaux Championnats européens. «J'espère quand même avoir mon capitaine Ahmed Musa (Al-Nasr), qui évolue en Arabie Saoudite. Tout dépendra aussi des restrictions de voyage propres à l'Autriche», précise le coach des Nigérians.
Il y a deux mois, le président Pinnick avait laissé entendre que le rassemblement des médaillés de bronze de la dernière CAN en Egypte se déroulerait à Paris, avec un match contre une sélection sud-américaine. Une piste finalement abandonnée. «En tout cas, il était temps de se retrouver», savoure Rohr, qui pourrait se rendre prochainement au Nigeria. «Durant cette période, on a fait du scouting tout le temps, on a eu des visio-conférences avec le staff mais cela ne remplace pas les matches». Cette double opposition sera évidemment l'occasion pour Gernot Rohr et son staff de procéder à une revue d'effectif avant les deux prochains matches officiels, les 13 et 17 novembre contre la Sierra Leone, en éliminatoires de la CAN 2021... compétition reprogrammée on le rappelle en janvier 2022 au Cameroun. «Je risque de publier une liste numériquement plus importante que d'ordinaire, dans la mesure où il pourrait y avoir des forfaits de dernière heure», nous a expliqué le technicien, actuellement en France.

«Très heureux pour Osimhen»

Tout le monde attend en particulier de revoir certains éléments offensifs comme le Bordelais Josh Maja (1 sélection) et surtout la dernière pépite nationale, Victor Osimhen (9 matches, 4 buts), passé cet été de Lille à Naples. «Je suis très heureux pour lui et pour la sélection. C'est bien d'avoir l'un de nos éléments dans l'un des très grands clubs européens du moment, sachant qu'on n'avait personne lors du dernier Final 8 européen», s'est réjoui l'ancien coach du Gabon, du Niger et du Burkina Faso. Auteur d'un doublé il y a dix mois au Lesotho -il totalise déjà trois buts en deux matches dans ces éliminatoires- le natif de Lagos a changé de statut en moins d'un an. A 21 ans, il se pose désormais en héritier direct des Segun Odegbami, Emmanuel Amunike, Daniel Amokachi et Rashidi Yekini, rien que des pointures. A lui de confirmer tout ça, puisque le vert national lui va si bien...
Frank Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :