Wissam Ben Yedder celebrates after scoring his goal with Munir El Haddadi during the Europa League 1/16 first leg match between Sevilla and Slavia Praha in Sevilla on March 7th, 2019. Photo : Ramon Navarro / Marca / Icon Sport (L'Equipe)
Espagne - FC Séville

Wissam Ben Yedder (FC Séville), la force tranquille

Sans faire de bruit, Wissam Ben Yedder réalise une saison stratosphérique avec le FC Séville. Avec 26 buts inscrits cette saison toutes compétitions confondues, il fait partie du gratin mondial. Focus.

16 septembre 2018, quatrième match de la saison de Liga. Wissam Ben Yedder démarre sur le banc, encore. Malgré de bons matches en tours préliminaires de Ligue Europa (2 buts et 2 passes décisives), il n'entrait clairement pas dans les plans du nouvel entraîneur Pablo Machin qui lui préférait André Silva, arrivé en prêt entre-temps. Mais Wissam Ben Yedder n'est pas de ceux qui se laissent faire. Il est de ceux qui saisissent leur chance et qui travaillent dur pour obtenir leur place. Et le résultat est sans appel. Le 23 septembre, pour la cinquième journée de Liga, il est titularisé contre Levante. En 63 petites minutes, il marquait trois fois et délivrait une passe décisive. Il n'en fallait pas plus pour rester dans le onze sévillan pour la saison. Sept mois après, le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est une énorme réussite.
Impliqué dans 21 buts en Championnat cette saison, il est un grand artisan de la sixième place du FC Séville (à seulement cinq points du quatrième). La preuve par les statistiques. En Liga, il a rapporté 14 points à son équipe par ses buts et ses passes décisives. Autrement dit, sans lui, les Andalous ne comptabiliseraient que 26 points, soit autant que le premier non relégable. Mais ce qui frappe, c'est sa régularité. Sur 24 matches de Championnat, il a été décisif dans 16 d'entre eux. Pour faire simple, il est décisif toutes les 87 minutes. Seul Lionel Messi fait mieux.

Dans la cour des grands

Et c'est loin d'être la seule statistique qui le place au sommet de l'Europe. En 2019, Wissam Ben Yedder, c'est 13 buts. Dans les cinq grands Championnats, ils ne sont que trois à être au-dessus : Sergio Agüero, Kylian Mbappé et Lionel Messi. Sur la saison, ses 27 buts le classent cinquième, derrière ces trois hommes et Robert Lewandowski. Pas mal pour quelqu'un qui était censé chauffer le banc cette saison. D'ailleurs, une des raisons pour laquelle il s'est imposé aux yeux de Pablo Machin, c'est sa polyvalence. En plus de pouvoir jouer en tant que buteur -seul ou à deux-, sur les côtés ou en soutien de l'attaquant, il peut finir de différentes manières. Cette saison, il a marqué seize de ses buts du pied droit, huit du gauche et deux de la tête. A titre de comparaison, Kylian Mbappé n'en a marqué aucun de la tête, alors qu'il mesure huit centimètres de plus que l'ancien Toulousain (1.78m contre 1.70m). En revanche, ne demandez pas à Wissam Ben Yedder de marquer de loin. Sur toute sa carrière, il n'a marqué que 3% de ses buts en dehors de la surface, c'est-à-dire seulement...quatre ! Un constat qui n'a rien d'étonnant quand on sait qu'il vient du futsal. Il est meilleur dans les petits espaces, il sent les bons coups dans la surface et marque donc beaucoup plus de près.

Plus performant que Messi et Ronaldo !

Mais là où les statistiques de Wissam Ben Yedder sont les plus impressionnantes, c'est en Coupe d'Europe (C1 et C3 confondues). Si l'on occulte les tours préliminaires, il a marqué un total de 18 buts en 22 matches. Il marque donc toutes les 83 minutes. Une statistique incroyable qui le place loin devant Lionel Messi et Cristiano Ronaldo (respectivement buteur toutes les 101 et 112 minutes). Et même si l'on rajoute les tours de qualification (ce qui porte son total à 22 buts et 2 passes décisives, il n'a rien à envier aux deux mastodontes, puisqu'en étant décisif toutes les 85 minutes, il les talonne de peu (80 pour Messi ; 83 pour Ronaldo). Une statistique qui n'a pas suffi aux Sévillans pour se qualifier en quarts de finale de la Ligue Europa. Et pourtant, Ben Yedder avait marqué. Si cette défaite a coûté son poste à Pablo Machin, elle n'a pas ébranlé la confiance du Français, qui devra marquer toujours plus en Championnat pour obtenir une place en Coupe d'Europe. Ça passe par une belle performance dès ce dimanche contre l'Espanyol Barcelone.
Réagissez à cet article
500 caractères max
zizou650 17 mars à 15:30

Mais ca, Didier Deschamps ne le sait pas.

vincegascon 17 mars à 11:54

C'est que maintenant que l'on remarque qu'il est bon? 4 saisons à Toulouse à 15 buts rien qu'en championnat, les clubs français sont nuls niveau recrutement, il est régulier, quand il est parti de Toulouse, des clubs comme Lyon, Monaco, Marseille, Bordeaux ou le PSG auraient pu s'intéresser à lui. Mais ils savent pas recruter. C'est comme Gameiro, ou Bafé Gomis que Lyon et Marseille ont laissé partir

lepetitoiseau 17 mars à 9:37

Deschamps devrait essayer de l’installer devant parceque giroud 33ans dans 6 mois ba désolé c’est pas l’avenir! Déjà que c’est de moins en moins le présent...Pi le profil atypique ça suffit on souffre on gagne ok ça reste essentiel. Mais mon Dieu qu’est ce qu’on se fait ch...!!!

stoichkov94 16 mars à 20:57

DD a ses têtes.

nahiko 16 mars à 12:50

Il à largement sa place , devant tranquille !!!

voir toutes les réactions
ADS :