ruffier (stephane) (P.Lahalle/L'Equipe)
La question qui fâche

Saint-Étienne doit-il écarter Stéphane Ruffier jusqu'à la fin de la saison ?

Alors que Claude Puel a décidé d'écarter de nouveau Stéphane Ruffier pour le chaud derby face à l'OL ce dimanche, l'ASSE doit-elle maintenir ce cap et se passer de son gardien historique jusqu'en fin de saison ? On en parle.

Ce nouveau derby entre l'Olympique Lyonnais et l'AS Saint-Étienne aura encore une saveur bien particulière. C'est en effet à se demander pour qui les dégâts seraient les plus désastreux en cas de défaite aux environs de 22h50 ce dimanche soir. L'OL, qui, si revers il y a devant son propre public, pourrait voir son capital confiance engrangé en milieu de semaine face à la Juventus Turin (1-0) s'effondrer tout de suite, et voir l'Europe s'éloigner toujours plus pour la saison prochaine. Ou Saint-Étienne, qui n'a gagné qu'un seul de ses dix derniers matches de Ligue 1 et qui pourrait bien voir ses supporters monter encore plus en pression devant une défaite dans le derby et une zone de relégation toujours bien trop proche.

Ruffier : Un agent qui n'a pas fait du bien

Deux hommes seront scrutés dans un contexte actuel électrique : Jessy Moulin, d'abord. Doublure «historique» des Verts, lui qui fait partie de l'équipe professionnelle depuis 2008 (avec deux prêts à Fréjus-Saint-Raphaël et à Clermont), le portier de 34 ans va, comme au match aller (1-0), garder les cages stéphanoises pour le derby. L'autre homme à suivre se nomme bien sûr Claude Puel, et ce, en l'absence de Stéphane Ruffier, au cœur de la tourmente depuis un peu plus d'une semaine. Alors que son entraîneur avait décidé de se passer de ses services pour la réception de Reims dimanche dernier (1-1), l'ancien gardien de Monaco avait vu son agent, Patrick Glanz, sortir la sulfateuse dans plusieurs médias pour dénoncer la décision du technicien français : «Claude Puel crache sur une légende de Saint-Étienne», avait-il balancé à L'Equipe. Se permettant même de révéler un secret de vestiaires : «Vous savez, quand un entraîneur, à trois heures d'un match au Parc des Princes contre le PSG est à deux doigts d'en venir aux mains avec un de ses milieux de terrain, tout est résumé.»
Claude Puel attendrait des excuses de la part de Stéphane Ruffier. Excuses qui ne seraient toujours pas intervenues.
C'est ce qu'on appelle se tirer une balle dans le pied, et l'illustration que certains agents feraient bien mieux de faire preuve de sang-froid face à la portée de certaines déclarations. Car suite à cette sortie qui a évidemment fait tant parler, l'ASSE, qui y a répondu avec justesse, fait donc sa vie sans celui qui a disputé 315 matches de L1 sous ses couleurs. Dans cette crise de résultats des Verts et pour éviter une descente qui serait une catastrophe industrielle, Saint-Étienne doit-il se passer de sa «légende» jusqu'à la fin de la saison ? Difficile, dans un premier temps, de se dire qu'un dernier rempart avec une telle expérience que celle de Stéphane Ruffier ne peut pas être un atout pour une formation qui joue sa survie. Mais, sportivement, Jessy Moulin n'a que rarement déçu quand il a fallu répondre présent sur sa ligne. Confronté pour la première fois à cet obstacle majeur alors qu'il effectue sa pire saison dans le Forez, Ruffier a-t-il vraiment la capacité de se reconcentrer dans une mission maintien qui n'acceptera aucun écart de conduite ?

Comme l'expliquait l'ASSE dans son communiqué, préserver l'esprit d'équipe ne conduit-il pas à faire certains choix forts comme celui-là ? Faire confiance à un gardien qui, par la voix de son agent, a davantage montré une image individualiste que collective ne fait actuellement pas l'affaire. Pour un Ruffier encore sous contrat, seulement, jusqu'en juin 2021, et qui semble être au bout de quelque chose chez les Verts. Aussi, les excuses de sa part, exigées par Claude Puel selon le quotidien Le Progrès, qui semblent s'imposer dans cette «affaire», ne seraient toujours pas intervenues... De l'autre, ne pas le réintégrer pourrait être un risque pour Claude Puel, déjà confronté à des tensions avec certains anciens de son vestiaire. Décider du maintien à l'écart de son gardien numéro 1 pourrait créer un fossé supplémentaire pas vraiment bienvenu. Un périlleux jeu d'équilibriste.

Saint-Étienne doit-il écarter Stéphane Ruffier jusqu'à la fin de la saison ?

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :