Bleus

Olivier Giroud (Bleus) : «Une vraie piqûre pour nous remettre les idées en place»

Les Bleus étaient conscients des lacunes affichées après leur match nul contre l'Islande (2-2), ce jeudi. Mais ils n'étaient pas inquiets sur leur capacité à rebondir rapidement.

Les joueurs de l'équipe de France n'en menaient pas large après leur match nul laborieux et presque inespéré contre l'Islande (2-2), arraché grâce à l'entrée décisive de Kylian Mbappé, ce jeudi à Guingamp. Mais au moins, ils ont assumé leurs responsabilités, pour la plupart, en se présentant devant les médias après la rencontre, pour tenter d'expliquer ce qui avait cloché. «On n'a pas fait un bon match, a convenu Benjamin Pavard, lucide. On ne va retenir que la réaction de l'équipe. On n'a pas lâché.» Face à des «Islandais qui en voulaient plus», selon le défenseur de Stuttgart, les Bleus ont «manqué d'agressivité», ont-ils tous relevé. «Contre des équipes comme celles-là, il faut en mettre plus», a affirmé Lucas Digne.

À l'instar du défenseur d'Everton, tous étaient d'accord pour dire qu'il aurait fallu jouer autrement pour espérer l'emporter. «Quand on ne met pas les ingrédients qu'il faut, à savoir l'engagement, la détermination, gagner les duels avec un état d'esprit qui était le nôtre ces derniers mois, il y a des fois où ce genre de matches arrivent et vous frappent en pleine tête», a prévenu Olivier Giroud. «On était trop en dedans dans l'enchaînement des passes. Il n'y avait pas assez de mouvements», a poursuivi Pavard. «C'était poussif et à partir du moment où on est menés au score contre ces équipes-là, c'est plus compliqué», a ajouté Digne, terminant de dresser le profil type du match à oublier.

«Il faut apprendre de ses erreurs, de ses mauvaises performances»
Seules satisfactions du soir, les Bleus n'ont pas perdu et le résultat ne revêt finalement que peu d'importance, étant donné qu'il s'agissait d'un match amical. Raison de plus pour rameuter les troupes, selon Giroud : «Ça ressemble à une piqûre de rappel, une vraie piqûre pour nous remettre les idées en place.» «On a joué ce soir (jeudi) une équipe qui était sur une très mauvaise série, certes, mais qui a montré qu'elle était revancharde et qu'elle avait envie de faire un résultat ici. C'était le match parfait pour eux en ayant marqué deux fois tôt dans les deux périodes, a aussi souligné l'attaquant de Chelsea, pour saluer la performance islandaise. Ils ont su défendre très bien en bloc, à onze derrière le ballon. Ça n'a pas été facile mais on y est arrivé à la fin, c'est un moindre mal d'être revenu au score. J'espère que le message est passé. Il faut apprendre de ses erreurs, de ses mauvaises performances. J'espère que ça fera grandir parce que c'est aussi comme ça qu'on avance.»

En bon capitaine, Hugo Lloris a aussi tenu à prévenir ses partenaires de ce qui les attendait à l'avenir : «On risque d'avoir ce genre de matches sur les quatre prochaines années, jusqu'à ce qu'on défende notre titre de champions du monde au Qatar. Les équipes sont motivées. On est champions du monde en titre, c'est une occasion pour elles de se montrer. C'était le cas des Islandais ce soir. Ils ont réalisé un bon match. Ils étaient bien en place, on a manqué d'intensité et de rythme.» Autant de défauts qu'il faudra corriger rapidement. «Ça n'a pas voulu rentrer ce soir, mais il faudra que ça rentre mardi parce que ce sera un tout autre match», a rappelé Giroud, en référence au prochain match contre l'Allemagne en Ligue des nations. «Il faut se remettre au boulot parce qu'il y a un gros match qui nous attend, a confirmé Pavard, et on va tout faire pour gagner.»
Réagissez à cet article
500 caractères max
zenagui 12 oct. à 1:45

Après les victoires il y a les echecs c'est normal.