bozok (umut) (V.Michel/L'Equipe)
Ligue 2

Les dix «noms» à suivre cette saison en Ligue 2

À l'approche d'un exercice 2019-20 qui s'annonce passionnant, FF.fr dresse une liste de dix joueurs de Ligue 2 dont le nom vous dit forcément quelque chose, et dont il faudra suivre la saison.

Umut Bozok (Lorient)
Meilleur buteur de Ligue 2 en 2017-18, Umut Bozok nourrissait logiquement d'immenses espoirs la saison dernière avec Nîmes, pour le retour du club en Ligue 1. Mais l'attaquant n'a planté que deux petits pions simplement. Alors, quoi de mieux que de reculer pour mieux sauter et rebondir ? Portant un regard lucide sur l'exercice écoulé - comme il l'exposait dans un entretien à FF il y a quelques semaines - le bonhomme de 22 ans a décidé de redescendre d'un étage, en rejoignant de séduisants merlus. Pour retrouver le plaisir du jeu, mais aussi du but. Et regagner, ensuite, la Ligue 1 dans de meilleures circonstances. Un pari quelque peu excitant, qui constitue l'une des plus belles attractions de la saison à venir, assurément.

Lire :
-Bozok : «Avec Nîmes, j'aurais aimé que ce soit plus professionnel»

Yannick Cahuzac (Lens)
Après sept saisons passées à fouler les pelouses de l'élite, Yannick Cahuzac est revenu à ses premiers amours : la Ligue 2, Championnat dans lequel il s'était révélé avec Bastia, son club de cœur, il y a près de quinze ans. En fin de contrat avec le TFC en juin dernier, le milieu de terrain s'est résolu à garnir les rangs du RC Lens, dans l'unique objectif de faire remonter le peuple artésien en Ligue 1. Et s'il a connu un exercice 2018-19 en dents de scie avec les Violets, le Corse aura à cœur de se refaire la cerise et d'afficher son autorité naturelle sur le pré. Et c'est donc dans la peau d'un leader incontestable, à l'agressivité certaine, mais contrôlée, qu'il devra s'affirmer dans l'entrejeu des Sang et Or, afin de justifier son statut de joueur averti et chevronné.
 
Anthony Weber (Caen)
S'il est monté avec le Stade Brestois la saison dernière, Anthony Weber a fait décidé de reprendre l'ascenseur. À 32 ans, l'ancien Rémois a paraphé un contrat de deux ans avec Malherbe (plus une autre en option), histoire de consolider l'arrière-garde d'une escouade bien malheureuse de retrouver l'antichambre de la L1. Auteur d'une bonne saison, le défenseur central s'est érigé comme l'une des figures majeures du Championnat, en étant un dernier rempart robuste et très efficace dans les deux surfaces. Reste maintenant à confirmer ces dispositions, afin de vivre, peut-être, une seconde montée consécutive.
Mathieu Gorgelin (Le Havre)
Barré par la concurrence et le talent d'Anthony Lopes à Lyon, Mathieu Gorgelin a fini par plier bagage pour, enfin, écrire sa propre histoire. Fini les huitièmes de finale de Ligue des champions face à Lionel Messi et consorts donc ; direction Le Havre, en Ligue 2, pour se faire les griffes. Et lui aussi a décidé de faire un pas en arrière, pour en faire deux en avant. Un bon moyen de se faire remarquer (enfin) dans une écurie tout de même barragiste il y a un an de cela seulement. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, l'ancien Gone ne devrait avoir aucun mal à tirer profit du départ de Yohann Thuram-Ulien, parti défendre les couleurs du Mans. Et, ainsi, s'imposer comme l'un des tauliers de sa bande dans les années à venir.
 
Nolan Roux (Guingamp)
Ne pouvant éviter la relégation des siens, Nolan Roux est retombé en Ligue 2 avec Guingamp. C'est ici d'ailleurs que le bonhomme avait montré le bout de son nez pour la première fois dans le monde professionnel, en impressionnant les observateurs avec le Stade Brestois. Fort de ses nombreux buts inscrits dans l'élite – 71 pour être plus précis, l'attaquant de 31 ans caressera l'espoir de vite revenir sur le devant de la scène avec son club. Nul doute que son expérience de la Ligue 2, mais aussi de la Ligue 1, aidera et soulagera les troupes de Patrice Lair, notamment dans les moments les plus compliqués. À lui maintenant d'assumer les responsabilités qui sont les siennes.
 
Jean-Louis Leca (Lens)
On l'a quitté la saison dernière, lors du barrage d'accession face à Troyes, sur un carton rouge après une colère incontrôlée contre l'arbitre M. Brisard qui avait accordé un penalty aux Aubois. Suspendu pour la 1ère journée de Ligue 2, Jean-Louis Leca devrait rapidement retrouver une place de titulaire et user de sa force de caractère pour prendre le lead du vestiaire lensois. À 33 ans, le portier corse affiche plus de 82 matches de Ligue 1 - 100 de Ligue 2 - au compteur. Une expérience dans les cages bienvenue pour canaliser la jeune garde lensoise et aider tout un club à retrouver l'élite française.
Ludovic Blas (Guingamp)
Pour le moment, il est toujours là. Lui qui s'est distingué par sa justesse technique et son volume de jeu sous le maillot guingampais en Ligue 1 (plus de 103 apparitions) va connaître pour la première fois les pelouses de seconde division, à 21 ans. Moins incisif la saison dernière, il n'a pas pu éviter le naufrage collectif breton en Championnat. Mais ce petit tour dans l'échelon inférieur pourrait redonner l'opportunité de briller et de devenir véritablement le patron de l'En Avant. Sa belle forme entrevue en préparation, notamment contre Cholet, a en tout cas annoncé la couleur.
 
Harrison Manzala (Le Mans)
Qu'il semble loin cet exercice 2017-18 où Harrison Manzala détalait à toute vitesse dans le couloir droit amiénois, participait à 37 rencontres de Ligue 1 et inscrivait même quatre pions. En perte de vitesse, le Congolais de 25 ans a d'abord été barré en 2018 à Angers où il a signé jusqu'en 2022, puis s'est perdu depuis février 2019 en prêt au Maccabi Petah Tikva (Israël) où ses prestations étaient jugées insuffisantes. En quête de confiance et d'un nouvel élan, ce nouveau prêt, cette fois chez le voisin Le Mans, pourrait le remettre dans le sens de la marche.
Anthony Gonçalves (Caen)
Il s'était fait remarquer par ses mots corrosifs après la blessure de Neymar en janvier dernier contre Strasbourg. «Il peut s'amuser, mais qu'il ne vienne pas chouiner après», avait asséné Anthony Gonçalves au micro d'Eurosport. Voilà le tempérament de ce joueur combatif et rigoureux sur le pré. Mais qui a dû se contenter de bouts de matches et d'un rôle de joker la saison dernière sous Thierry Laurey. À 33 ans, l'expérimenté milieu de terrain a sauté sur l'occasion de relever un nouveau défi avec le relégué mais ambitieux Caen. Et quand on brigue la (re)montée, on a toujours besoin d'un guerrier fiable dans ses rangs. Les Normands l'ont trouvé avec Anthony Gonçalves qui va connaître sa neuvième saison en Ligue 2 après celles passées avec Laval et Strasbourg.

Lire :
-Gonçalves : «Il faudra assumer ce rôle»
 
Florian Martin (Paris FC)
C'est la fin d'un long cauchemar, tant footballistique que personnel, qui a duré plus d'un an et demi pour Florian Martin. Le milieu de terrain de 29 ans n'avait plus joué au football depuis ce 6 février 2018 et cette rupture des ligaments croisés contre le Paris-SG en Coupe de France. S'en est suivi une longue période de convalescence, une fin de contrat avec Sochaux, une année blanche sans club... Et un grand besoin de couper avec le football. Pour se retrouver soi-même d'abord, pour retrouver goût au ballon rond ensuite et pour retrouver un projet enthousiasmant enfin. Ce dernier viendra finalement du Paris FC qui espère bien relancer l'ancien Sochalien en pleine bourre avant sa blessure (12 buts en 21 matches de Ligue 2) et qui affiche aujourd'hui un esprit serein mais certainement revanchard.
Mehdi Arhab et Augustin Audouin
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :