(L'Equipe)
Bleues

Les Bleues ne lâchent rien

Victorieuses de la Serbie (2-0) puis de la Macédoine du Nord (7-0) en déplacements malgré de nombreuses absences, les Françaises restent au contact de l'Autriche dans la course à l'Euro. (Crédit photo : FFF/Guillaume Bigot)

Mission accomplie. Après six mois de sommeil forcé, l'équipe de France a repris sa marche en avant dans les éliminatoires de l'Euro 2022, confié à l'Angleterre. Et le bilan est globalement satisfaisant. Pour ces deux rencontres en déplacement, dans un contexte sanitaire lourd avec la pandémie de Covid-19 qui a contraint la délégation française à la plus grande prudence, les Bleues se sont imposées la semaine dernière à Subotica contre la Serbie (2-0), avant de repartir de Skopje avec un large succès décroché aux dépens de la Macédoine du Nord (7-0).
Aucun but encaissé malgré une défense largement remaniée...
Sur le plan comptable, les feux sont au vert puisque la formation dirigée par Corinne Diacre compte douze points en quatre matches, et reste dans la foulée de l'Autriche, qui a battu mardi le Kazakhstan (5-0) et affiche quinze points (avec un match en plus). En dépit de six absences de taille (Wendie Renard, Griedge Mbock, Amandine Henry, Aïssatou Tounkara, Grâce Geyoro, Sarah Bouhaddi), le groupe rajeuni est parvenu à conserver son invincibilité sur le plan défensif. Le 4-3-3 bâti par la sélectionneuse s'est appuyé sur une défense totalement reconstruite pour la circonstance. La nouvelle gardienne titulaire, Pauline Peyraud-Magnin, a étalé sa sobriété, et le binôme axial inédit (Elisa de Almeida, Estelle Cascarino) a fait preuve de complémentarité et de sérénité. La première a d'ailleurs marqué en Macédoine, couronnant une prestation remarquée.
Au milieu de terrain, où elle jouait le rôle de sentinelle devant la défense, Charlotte Bilbault a marqué des points, prenant des initiatives et faisant preuve de caractère. La capitaine Eugénie Le Sommer, attaquante de métier, a accepté de venir travailler à la construction dans l'entrejeu. Brouillonne contre la Serbie, elle s'est montrée plus convaincante en Macédoine du Nord. Grâce à son doublé inscrit en début de rencontre, elle est devenue la meilleure buteuse française en sélection avec 82 réalisations devant Marinette Pichon (81). En attaque, la Lyonnaise Delphine Cascarino, titularisée lors des deux matches, a confirmé sa très grande forme. En pointe, se sont succédé les Parisiennes Kadidiatou Diani et Marie-Antoinette Katoto. Auteure d'un doublé à Skopje, Katoto est apparue plus libérée en attaque qu'au milieu en Serbie.

Rendez-vous en Autriche

Sur les côtés, on a vu tour à tour Amel Majri, mais aussi Viviane Asseyi (buteuse mardi) et surtout Melvine Malard, qui a fêté sa première titularisation dans la foulée d'une entrée en jeu convaincante contre la Serbie. On la reverra très vite. Prochaine sortie, le mois prochain, avec la réception de la Macédoine du Nord à Orléans, le 23 octobre. Quatre jours plus tard, les Bleues - qui devraient avoir récupéré leurs blessées d'ici là - se déplaceront en Autriche, où l'adversité sera la plus importante de ces éliminatoires. Faux-pas interdit pour le premier des deux matches contre le leader de ce groupe G...
Frank Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max
RensenbrinkRIP 23 sept. à 14:10

Mon cher Franky, encore heureux que cette équipe gagne contre la Serbie et la Macédoine du Nord. Ce qu’on attend, c’est des victoires contre les grandes nations (USA, Allemagne, Angleterre, Japon, Pays-Bas, Australie, Canada, Suède) en CM, CE et aux JO et non pas à la She Believes Cup. Il faut confirmer Katoto en attaquante (et non milieu) et faire progresser Cascarino et Diani devant le but en EDF. Cette équipe a un potentiel extraordinaire qui n’a pas été exploité encore.

ADS :