Enrique Cerezo lors d'un rendez-vous médiatique (). Irina R.H./ AFP7
Atlético

Le président de l'Atlético assure avoir « des preuves » pour réclamer les 200 M€ de l'ancienne clause d'Antoine Griezmann

Au micro de la radio barcelonaise RAC 1, Enrique Cerezo certifie que son club pourra prouver que le Barça avait conclu l'arrivée du Français avant le 1er juillet. Espérant ainsi obtenir les 200 M€ de la clause qui était la sienne jusqu'à cette date.

L'Atlético de Madrid n'a pas digéré le départ d'Antoine Griezmann au Barça pour 120 M€, le montant de sa clause depuis le 1er juillet : pour le club madrilène, l'accord entre les deux parties remonte au printemps et donc à une période où la clause du joueur était de 200 M€. L'Atlético devra apporter des preuves pour espérer obtenir gain de cause. Or, son président, Enrique Cerezo, certifie justement en avoir.
Cerezo l'a affirmé ce vendredi soir au micro de la radio catalane RAC 1. « Si le club a fait ce communiqué, c'est parce qu'il a des preuves, a déclaré le dirigeant. Nous devrons étudier tout cela et si nous avons vrai»ment les preuves (si elles sont jugées recevables), nous demanderons le montant que nous jugeons nécessaire. »
Le président des Colchoneros s'est par ailleurs dit «déçu par l'attitude du joueur, parce qu'il voulait partir et ne nous a rien dit jusqu'au dernier moment.» Le 14 mai, Griezmann avait tourné une vidéo avec l'Atlético pour dire au revoir aux supporters madrilènes.
Le FC Barcelone officialise l'arrivée d'Antoine Griezmann
Réagissez à cet article
500 caractères max
Le_sage 13 juil. à 8:28

qui peut nous éclairer sur la notion qui fera foi par rapport au 1 juillet : l'accord (quand ils se sont mis d'accord) ou la transaction (quand ils ont réalisé l'accord) ?

voir toutes les réactions
ADS :