griezmann (antoine) (S.Mantey/L'Equipe)
Ligue Europa - Finale

«Griezmann le colosse», «le calme de l'Atlético», «Aux larmes» : La finale de Ligue Europa vue par les journaux espagnols et français

Un pays exulte, l'autre exprime sa déception. L'Atlético, porté par Griezmann face à l'OM mercredi soir, est encensé dans la presse espagnole. Les médias français, eux, s'inquiètent pour Dimitri Payet, sorti précocement sur blessure.

Au lendemain de la victoire de l'Atlético sur l'OM en finale de la Ligue Europa (0-3), les réactions sont évidemment très différentes des deux côtés des Pyrénées. En Espagne, même la presse généraliste a célébré les vainqueurs en Une, ce qui n'est pas vraiment dans ses habitudes. «L'Atlético est à nouveau génial en Europe», titre par exemple ABC, quand le quotidien La Razon met en avant Antoine Griezmann, qui «couronne l'Atlético.» Après son doublé, l'attaquant français est littéralement encensé par la presse ibérique, qui n'a pas de superlatif assez fort pour décrire la prestation du Colchonero. «Griezmann le colosse», titre par exemple Mundo Deportivo, avant d'ajouter «un Antoine sensationnel a conduit l'Atlético a son troisième titre en Ligue Europa». Pour Sport, le Français est «un magicien» qui «a ébloui le monde avec une performance stellaire.»
Du côté de la presse madrilène, on préfère montrer les photos de la célébration avec le trophée. Marca n'oublie pas de saluer «El Niño» Fernando Torres, dont c'était le premier titre avec son club formateur. Le journal AS, quant à lui, fait apparaître une déclaration symbolique de Diego Simeone en Une : «Cette équipe a montré qu'elle savait se soulever». Un état d'esprit et une force mentale à toute épreuve, qui ont effectivement permis aux Colchoneros de disposer de Marseillais moins expérimentés. «Simeone avait parfaitement décrit le match la veille : il faudrait résister les vingt premières minutes, écrit le journaliste d'AS Alfredo Relaño. L'OM a commencé à presser très fort (...) Mais l'Atlético a beaucoup de calme, et possède Griezmann

Les larmes de Payet

En France, une autre image a fait parler d'elle : la sortie, en larmes, de Dimitri Payet. Le milieu phocéen, gêné par ses problèmes à la cuisse, a dû abandonner les siens à la demi-heure de jeu. L'Equipe et La Provence titrent tous les deux «Aux larmes», avec une photo de Payet en Une. Au-delà de sa sortie prématurée, un risque existe quant à sa participation – ou non – au Mondial en Russie. «Payet, un pari qui coûte cher», écrit l'Equipe dans son édition du jour. Et d'ajouter : «Si le joueur perd le Mondial après avoir perdu la finale, il y aura débat, sans doute : fallait-il le faire débuter ou est-ce une erreur du staff médical ?»

Lire aussi : Payet, les larmes de la douleur
A l'instar des journaux espagnols, La Provence souligne quant à elle l'extraordinaire match d'Antoine Griezmann : «Coup de ''Grizou'' sur l'OM : d'impitoyables Madrilènes, emmenés par Antoine Griezmann, auteur des deux premiers buts, ont coupé les ailes des Olympiens hier soir. Une désillusion symbolisée par la blessure de Dimitri Payet». Voilà un point sur lequel les médias français et espagnols accordent leurs violons : l'attaquant des Colchoneros était trop fort pour l'OM.
A.D.
Réagissez à cet article
500 caractères max