mbappe lottin (kylian) griezmann (antoine) dembele (ousmane) (P.Lahalle/L'Equipe)
Espagne - 13e journée

Griezmann et Dembélé, deux copains qui n'ont pas la même trajectoire

Le choc de la 13e journée de Liga opposera l'Atletico Madrid au FC Barcelone (samedi, 20h45). Les deux amis, Griezmann et Dembélé, se retrouveront sur le terrain, mais cette fois comme adversaires.

Dans un Championnat plus serré que jamais, l'Atletico Madrid et le Barça sont proches au classement, les Catalans sont leaders avec un petit point d'avance sur leurs adversaires madrilènes. La rencontre est aussi l'occasion de voir s'affronter deux potes, deux camarades de chambrée, eux-aussi très proches : Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé. Tous les deux sont champions du monde. Tous les deux jouent dans une des meilleures équipes d'Espagne et plus globalement d'Europe. Mais tous les deux ne vivent pas du tout la même saison. Pour Antoine Griezmann, tout roule. Il est titulaire indiscutable à l'Atletico, devenu et reconnu comme un joueur de classe internationale. Il est, depuis le début, une pièce maîtresse de Diego Simeone dans le retour du club au premier plan. Du côté de l'ancien joueur de Dortmund, la situation est quelque peu plus délicate.

Le Barça attend (beaucoup) mieux de Dembélé

Dembélé a été l'objet de vives critiques, émanant de divers acteurs du ballon rond, dont le sélectionneur des Bleus lui-même, Didier Deschamps. Dès le rassemblement d'octobre, DD mettait en garde son joueur : «Ousmane fait un bon début de saison avec le Barça [...] mais il doit gagner en régularité. A lui de prendre conscience de toutes les exigences du football de haut niveau. Je ne crois pas qu'il en a pleinement conscience». Bis repetita avant la rencontre contre les Pays-Bas la semaine dernière. «Il est un peu coutumier du fait par rapport à certains retards. Il doit être un peu plus attentif. Je ne désespère pas qu'il prenne conscience qu'il doit améliorer ces aspects-là. Il doit comprendre cela le plus tôt possible, lançait-il en guise d'avertissement, avant de nuancer. Personne n'est parfait. Il y a des règles dans leurs clubs. On a les nôtres. Les joueurs ont tous le droit à l'erreur».
Avec ses coéquipiers aussi, le joueur a été au centre des réprimandes, en témoigne la conférence de presse de Luis Suarez avant d'affronter la France. «Ce n'est pas qu'il ne s'est pas adapté au vestiaire, la relation qu'il a avec ses partenaires est très bonne. Mais Ousmane le sait, c'est un privilège de se trouver où nous sommes, réagissait l'attaquant de la Celeste. Il faut peut-être se concentrer davantage et être plus responsable sur certains points. Il est très jeune et peut s'inspirer de joueurs plus expérimentés autour de lui». Gérard Pique, quelques jours auparavant, y allait aussi de ses petits conseils. «Nous devons l'aider à comprendre que le football est un travail à temps plein, 24 heures sur 24. Nous aussi avons été jeunes, et nous avons également commis des erreurs».
 
En effet, si le talent du joueur ne fait aucun doute, son comportement pose question. Contrairement à Griezmann, il n'est pas encore un joueur confirmé. Pour la somme faramineuse que le Barça a payé pour l'enrôler, plus de cent millions d'euros, le club attend mieux de sa pépite. Il est capable du meilleur, comme son but splendide contre le FC Séville en Supercoupe d'Espagne, mais aussi du pire comme ses retards ou ses absences de l'entraînement sans avoir prévenu personne. Lors du Clasico, Ernesto Valverde l'a laissé sur le banc, malgré l'absence de Messi, pour titulariser Rafinha. Un désaveu symptomatique pour Dembélé et une preuve de plus qu'il va devoir améliorer son attitude pour prétendre s'imposer dans un tel club. Et puis, contre le Betis, le Français a été tout simplement écarté du groupe. «J'essaye de faire le mieux possible pour mon équipe. Demain, c'est lui qui sera en dehors du groupe. Les questions internes restent en interne et moi je prends en compte ce qui peut nous faire du bien pour demain, tant au niveau du groupe qu'au niveau individuel, analysait Valverde. On espère pouvoir exploiter tout son talent pour le bien de l'équipe mais aussi celui du club, qui a fait un grand investissement».

Adversaires le temps d'un match

Griezmann a aussi fait parler de lui en Espagne sur ce début de saison, notamment en raison de sa communication «agressive» quant au statut qu'il devrait avoir dans le gratin du football mondial. Mais il a l'énorme avantage d'être performant et régulier dans ses prestations. C'est un taulier, un soldat de Diego Simeone. Sportivement, au-delà des incartades de Dembélé, le contraste détonne entre les deux joueurs. Surtout sur leur temps de jeu respectif. Griezmann a participé à toutes les rencontres de Liga et de Ligue des champions avec les Colchoneros. A l'inverse, le Barça commence à s'inquiéter pour Dembélé, et la presse espagnole a régulièrement fait écho de doutes sur son avenir au club. Contre Séville, en Championnat (2-1), fin octobre, il a remplacé Lionel Messi, blessé au bras, après seulement vingt minutes de jeu. Mais ce jour-là, sa performance lui a valu les foudres des médias, à tel point que Marca écrivait : «Victoire sans Messi ni Dembélé». Le journal espagnol mettait en avant les sifflets du Camp Nou «bien mérités» à son encontre. Certains supporters Blaugrana sont allés jusqu'à parler de «pire entrée en jeu de l'histoire».
Pourtant, factuellement, le bilan chiffré de Dembélé est loin d'être mauvais. Il a inscrit 6 buts toutes compétitions confondues cette saison, autant que Griezmann qui a pourtant joué près de 500 minutes de plus que lui, et même un de plus que lui en Liga. Pour ce match contre l'Atletico, il va donc retrouver son compère de Football Manager. «J'adore ce mec», avouait Antoine Griezmann dans France Football à propos d'Ousmane Dembélé. Avec Griezmann, ils ont développé une amitié déjà solide et renforcée tout au long de la Coupe du monde. Le natif de Mâcon était revenu sur sa relation avec son coéquipier : «À chaque veille de match, je faisais des siestes avec Ousmane Dembélé. En vacances, à chaque fois que j'allais en faire une, je lui envoyais un message. Pareil en club, je lui envoie des messages en lui remémorant ce qu'on a vécu». Avant l'affrontement, nul doute qu'ils ont été en contact. Mais si ce sont deux amis dans la vie qui vont se retrouver, sur la pelouse de l'Estadio Metropolitano, il n'y aura pas d'amitié qui ne tienne, mais bien deux adversaires face à face. L'un avec la garantie de débuter la rencontre, l'autre avec un immense besoin de se racheter et de faire taire toutes les critiques.
 
Jeremy Docteur
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :