(S.Mantey/L'Equipe)
Qualif. Euro 2020

Euro 2020 : Malgré un gros déchet offensif, l'équipe de France enchaîne sans trembler face à Andorre

S'ils auraient pu se montrer plus précis devant les cages d'Andorre, les Bleus ont fait le boulot pour s'éviter une frayeur. Coman, Lenglet et Ben Yedder ont offert trois points tandis que Griezmann a encore raté un penalty (3-0). L'équipe de France reste en tête du groupe à égalité avec la Turquie qu'elle affronte dans un mois.

La leçon : Les Bleus font le plein

Sans offrir un festival offensif attendu face à une Principauté d'Andorre bien plus faible, l'équipe de France s'est aisément assurée un second succès pour clore ce rassemblement de septembre avec le plein de points. Six sur six après le succès de samedi sur l'Albanie (4-1). Mais toujours une première place partagée avec une Turquie qui ne lâche rien. Les coéquipiers de Tosun, buteur, sont en effet allés s'imposer en Moldavie (4-0) et comptent quinze points comme les Bleus. Dans un mois, le 14 octobre, la confrontation entre les deux nations s'annonce tendue. Mais rappelons que les deux premiers du groupe obtiendront un ticket pour l'Euro 2020.
Que de déchet offensif pour les Bleus !
Pour leur centième match au stade de France, les Bleus ont dans un premier temps tardé à vraiment se montrer dangereux. Mais dès le quart d'heure passé, Coman, déjà très en vu devant les Albanais, se distinguait de nouveau (1-0, 18e). Le Bavarois concluait de belle manière une superbe passe d'un Ikoné lancé comme titulaire par Deschamps après son premier but en Bleu il y a trois jours. Le plus dur était déjà fait, Andorre n'ayant jamais eu le contrôle du ballon dans la surface française. Avec cette seule occasion et cette tête de Rebes (66e). Mais les hommes de Deschamps peinaient à affoler le tableau d'affichage. La faute à un excellent Gomes, auteur d'un superbe match sur sa ligne. Il détournait par exemple brillamment un penalty de Griezmann que le Barcelonais avait lui-même obtenu. Un deuxième raté en deux rencontres qui fait tâche pour l'ancien de l'Atlético. Gomes s'interposait aussi devant Giroud (26e), Varane (39e) ou Coman (63e). Il ne pouvait par contre rien sur ce coup de casque de Lenglet, servi par Griezmann, pour son premier but avec sa sélection (2-0, 52e). Avec une défense il est vrai bien trop passive. C'était ensuite bien plus simple. Sissoko (68e) et Coman (70e) fracassaient chacun leur tour la barre transversale face à des adversaires qui peinaient de plus en plus physiquement. Si Lemar, Ben Yedder et Fekir entraient en jeu, c'est le néo-Monégasque qui ajoutait enfin un troisième but dans le temps additionnel, bien présent pour concrétiser un coup franc de Fekir mal repoussé par un Gomes cette fois légèrement coupable (3-0, 90e+1). Mais on regrettera franchement un grand manque d'efficacité et d'application dans les vingt derniers mètres. L'essentiel est en tout cas là. Pas de quoi pavoiser après deux matches largement à la portée des Bleus. On aimerait d'ailleurs voir cette sélection davantage bousculée, ou en tout cas opposée à des équipes plus huppées. Mais ce n'est pas pour maintenant.

Le gagnant : Lenglet est désormais un titulaire

Il a débarqué en sélection en juin. Trois mois plus tard, ça semble clair : Lenglet est le titulaire en charnière centrale aux côtés de Varane. Très à l'aise ballon au pied, défenseur de qualité par ses anticipations, le joueur du FC Barcelone convainc toujours plus, et on imagine que Didier Deschamps en est autant satisfait. Face à Andorre, il n'a certes pas eu besoin d'étaler toutes ses qualités défensives, mais il a su planter son tout premier pion en équipe de France. Un joli cadeau pour celui qui, à 24 ans, démarre un chapitre qui s'annonce long avec un maillot bleu sur les épaules.

Le perdant : Messieurs, les centres, ça se travaille

Cela a été le (gros) point faible des Bleus ce mardi soir. Si les Français ne se sont pas imposés plus largement, c'est aussi la faute à leur incapacité d'offrir de bons centres à leurs attaquants. Si on devait pointer du doigt un joueur à ce sujet, ce serait Dubois, le latéral des Gones, qui a peiné à lever son ballon et à faire atterrir ses tentatives dans la surface. Compliqué pour le Lyonnais qui n'a, il est vrai, pas vraiment marqué des points dans un match largement à sa portée. Mais question centre, il n'a pas été le seul. Coman n'a par exemple pas été plus en réussite. Dans la palette offensive des Bleus, Lemar et consorts ont tout intérêt à s'appliquer davantage...
Timothé Crépin
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :