jallet (christophe) lenjani (ermir) *** Local Caption *** 13/06/2015 Football Albanie Elbasan ALBANIE / FRANCE Photo: Alain MOUNIC (BOUE SEBASTIEN/L'Equipe)
Euro 2016

Euro 2016 : ce que doit retenir Didier Deschamps de la prestation de l'Albanie en Autriche

Après la Suisse vendredi (défait par l'Irlande, 0-1), l'Albanie, un autre adversaire des Bleus lors du premier tour de l'Euro, était en lice ce samedi. Pour une défaite en Autriche (1-2). Voici ce que doit en retenir Didier Deschamps pour le 15 juin, date de l'affrontement face aux Albanais.

Des coups à jouer dans les airs

On n'a pas reconnu les Albanais qui avaient battu les Bleus en juin 2015. Du moins en début de match. À commencer par les attitudes sur coups de pied arrêtés. Les Autrichiens ont fait ce qu'ils voulaient ou presque dans les airs. Les Mavraj, Cana, Abrashi ont été dépassés dans ce domaine. Étonnant pour une sélection pourtant très solide physiquement et qui a du répondant dans ce secteur. Didier Deschamps pourrait donc être inspiré de travailler quelques combinaisons bien senties pour en profiter. Les Albanais se sont même fait avoir sur un simple dégagement du gardien autrichien, Robert Almer. Le portier de l'Austria Vienne relançait et trouvait directement Martin Harnik, tout heureux de voir que Mërgim Mavraj n'avait pas disputé son duel aérien. Harnik filait au but et doublait la mise (2-0, 13e). Beaucoup trop tranquillement ! Et s'ils n'ont pas brillé défensivement, ils n'ont pas été mieux offensivement sur coups de pied arrêtés, laissant le soin à Alaba et les siens d'avoir la main mise de bout en bout dans les airs.

À droite, le néant

En juin prochain, si les Bleus ont un Payet aussi flamboyant que vendredi soir aux Pays-Bas, sur que le joueur de West Ham va se régaler. Quelle faiblesse du duo Lila-Hysaj samedi. Le côte droit albanais a été en souffrance, incapable de contrôler les différents appels et les différents débordements. Andi Lila notamment a été sorti dès le retour des vestiaires tant il était à côté de ses pompes. Bien sûr, on ne s'attendait pas à voir l'Albanie dominer l'Autriche, mais on s'attendait à mieux. Car le côté droit, qui n'a d'ailleurs apporté quasiment aucun centre offensivement, n'est pas le seul à être pointé du doigt. Il n'y a qu'à voir la trop petite activité du milieu de terrain composé de Xhaka, Abrashi et Kace. Un Kace qui, malgré un réveil en seconde période, s'est même fait exclure à treize minutes de la fin. L'Albanie a du boulot.

Lenjani, seule éclaircie

Et encore, cela aurait pu être pire. Car si l'Albanie avait affiché le même visage en première et en seconde période, l'addition aurait pu être plus lourde. Dès le retour des vestiaires, on a bien senti que Gianni De Biasi avait haussé le ton à la mi-temps. L'Albanie, grâce aux changements et à l'apport de Cikalleshi et Roshi et réveillée par son public venu en nombre, s'est alors montrée plus volontaire, plus pressante et a été rapidement récompensée d'une superbe frappe de Lenjani, le défenseur du FC Nantes. Après un bon relais, et grâce à un très bon contrôle, Lenjani se présentait face à Almer et armait une lourde frappe qui allait se loger dans les filets (2-1, 47e). Un but qui illustre d'ailleurs la capacité de cette Albanie à se projeter très rapidement vers l'avant. Un autre détail pour DD. En jouant tout le match comme en seconde période, l'Albanie pourra inquiéter les Bleus. Sinon... Mais on ne va pas se mentir : si les Bleus ne prennent pas trois points face à l'Albanie, ils n'auront rien à espérer à l'Euro.

T.C.
Réagissez à cet article
500 caractères max
scarmendato 26 mars à 20:04

L'info de la soirée c'est quand même que l'on marque 3 buts sans notre soit disant star. Et que l'animation offensive des bleus a rarement été aussi intéressante qu'en son absence

ADS :