deschamps (didier) (P.Lahalle/L'Equipe)
Bleus

Ce qu'il faut retenir de la conf' de Deschamps avant le match de l'équipe de France en Islande

A la veille du match contre l'Islande comptant pour les qualifications à l'Euro 2020, le sélectionneur français s'est exprimé devant la presse. Morceaux choisis.

La blessure de Kingsley Coman

«C'est malheureux pour lui mais je ne suis pas inquiet. Ce n'est pas une grosse blessure, c'est un problème de dos qui amène des tiraillements dans la fesse et dans la cuisse. Il nous a quittés cet après-midi triste. Il va prendre soin de lui, il est encore jeune. Evidemment que ses blessures à répétition, ce n'est pas l'idéal sur un plan psychologique. Mais il a des qualités et le mental. Je souhaite qu'il soit épargné dans les mois et les années à venir.»

L'Islande

«En octobre dernier, ils nous ont fait mal, mais on avait réussi à arracher un match nul sur la fin (2-2 en amical en octobre à Guingamp). Je connais très bien la qualité de cette équipe islandaise et je ne m'attends pas à moins demain. C'est dans leur ADN, c'est une équipe qui ne lâche rien, qui ne donne rien, il faudra avoir du répondant. Mais ça ne sera pas difficile d'être plus performant. A l'Euro en 2016, on les avait bien maîtrisés sur leurs forces, les coups de pied arrêtés et les touches. Mais ça ne sera plus le même match car ils ont un jeu un peu différent, moins direct et plus au sol, placé. Ce sera un autre match et il y aura une autre vérité.»

Lire aussi, Lloris : «C'est un niveau supérieur»

Le besoin de confirmer

«Même s'il était un peu freiné en attaque, Kurzawa a dans l'ensemble fourni une prestation maîtrisée» en Moldavie.
«C'est toujours mieux de gagner le premier match pour la confiance, et pour l'ambiance extérieure aussi. C'était sur notre carnet de route de gagner en Moldavie. On a eu peu de temps de repos (3 jours, ndlr.), tout comme eux. C'est bien de gagner mais ça ne garantit pas la victoire demain, c'est à nous de faire en sorte d'obtenir le même résultat.»

L'attitude de Kylian Mbappé

«L'attitude de Kylian Mbappé contre la Moldavie ne m'a pas déplu. Je n'ai rien vu de particulier de lui ou de quelqu'un d'autre dans les intentions ou la détermination.»

La forme de Samuel Umtiti

«Samuel est capable physiquement d'être aligné lundi, mais je prendrai le temps de décider dans la soirée. J'aurai d'abord son ressenti et je verrai après ce que je pourrai faire. Pour l'instant l'envie, il l'a. Le match de vendredi n'a pas demandé de puiser dans les organismes. D'autant plus en tant que défenseur, il n'a pas été énormément sollicité en termes d'efforts. Il n'a pas été mis à rude épreuve.»

Le retour de Layvin Kurzawa

«Il a eu une blessure importante mais il est bien revenu avec le PSG. Il avait déjà enchaîné avec Paris, il aura besoin d'enchaîner encore pour retrouver son meilleur niveau. Il a fait un match sérieux et appliqué contre la Moldavie. Même s'il était un peu freiné en attaque, il a dans l'ensemble fourni une prestation maîtrisée.»

Lire aussi : Kurzawa, l'opportuniste

La gestion des égo

«C'est mon boulot de travailler pour la cohésion du groupe. La force collective, c'est notre force et c'est très important. Que ça se passe bien ou moins bien, c'est toujours une parenthèse merveilleuse d'être appelé en équipe de France. La présence d'un noyau dur qui est là quasi-systématiquement aide aussi, c'est toujours un privilège. Mais si besoin, je suis là pour mettre en garde les joueurs.» - E.G.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :