Soccer Football -  FA Cup Final - Manchester City v Watford - Wembley Stadium, London, Britain - May 18, 2019  Manchester City's Aymeric Laporte celebrates with the trophy after winning the FA Cup                  REUTERS/David Klein (Reuters)
À lire dans FF

Aymeric Laporte en longue interview dans France Football : «J'ai centré toute ma vie sur le foot»

Manchester City, l'équipe de France, Pep Guardiola, Marcelo Bielsa... Aymeric Laporte est l'invité de France Football cette semaine. Une interview en longueur à ne pas rater.

Peu de joueurs peuvent se vanter d'avoir été lancés dans l'élite par Marcelo Bielsa (à Bilbao) puis repéré, suivi et recruté dès que cela a été possible par Pep Guardiola. Aymeric Laporte est aujourd'hui un joueur clé de Manchester City au point de figurer dans le onze type de la Premier League. Pourtant, sa notoriété peine à traverser la Manche comme elle avait du mal à franchir les Pyrénées. Et s'il a porté le maillot bleu dans toutes les sélections de jeunes jusqu'en Espoirs, le défenseur des Citizens n'a toujours pas convaincu Didier Deschamps. Il n'élude aucun sujet dans cette interview. Voici quelques extraits.

Manchester City

«À Bilbao, je jouais contre des joueurs extraordinaires comme Cristiano, Messi, Neymar... Aujourd'hui, non seulement je joue chaque week-end contre des joueurs très forts, contre des équipes comme Liverpool, United, Chelsea, Tottenham, Arsenal, etc., mais en plus, chaque jour, je m'entraîne avec des internationaux venus de partout, des joueurs top niveau. Il y a une exigence terrible à chaque séance. Tu es obligé de te mettre au niveau, sinon tu perds ta place.»

Pep Guardiola

«Ça fait longtemps que je sais que Pep s'intéresse à moi. Dès ma première année en Liga, il m'avait fait passer le message que mon profil l'intéressait. Et depuis, il a toujours gardé le lien, on se parlait de temps en temps. Savoir que je lui plaisais, discuter de temps en temps avec lui, quand vous êtes un jeune joueur, ça vaut bien les sacrifices pour progresser. Dès qu'il est arrivé à Manchester, il a voulu que je signe. Il m'a fait voir des choses que je ne voyais pas auparavant. On peut dire qu'il m'apprend le football, en tout cas à le comprendre.»

Sacrifices

«J'ai énormément travaillé pour ça. C'est vraiment beaucoup, beaucoup de sacrifices. C'est surtout dur sur le plan mental de garder le cap toutes ces années. J'ai quitté la maison quand j'avais onze ans pour aller en sport-études. À quinze ans, je suis parti en Espagne, tout seul. Puis, j'ai pris seul la décision d'aller en Angleterre. J'ai centré toute ma vie sur le football. Je ne m'autorise aucune erreur. Beaucoup de gens ont compté et ont été importants, mais je ne dois rien à une personne en particulier. Je le dois avant tout à tout mon travail, à tous ces sacrifices que j'ai acceptés. Quitter la maison très jeune, ne pas sortir, avoir une hygiène de vie irréprochable, sans écart. C'est dur, mais c'est ce que j'ai choisi et je m'y tiens parce qu'il fallait tout ça pour aller où je voulais aller.»

Les Bleus

«J'avais vingt et un ans, j'ai envoyé un tweet "Enfin bref..." après la déception de ne pas être appelé, ce n'est pas un crime et ça n'était pas dirigé contre le joueur retenu. Comme si j'avais dit : "Nique la France !" Une déception est devenue un pataquès. Et quatre ans après, ça continue. Comme on sort à chaque fois l'histoire de la sélection espagnole. J'ai dit que mon souhait était d'aller en équipe de France. J'ai joué dans toutes les catégories de jeunes U17, U18, U19, Espoirs, j'étais capitaine les trois dernières années, qu'est-ce que je peux faire de plus pour montrer que mon pays, ma sélection, c'est la France ? Le sélectionneur sélectionne ; s'il me prend, tant mieux, sinon tant pis. Mais ça ne sert à rien d'en parler tout le temps car ça finit par me porter préjudice. Cela fait deux ans que je ne parle plus de ce sujet, mais à chaque liste, on parle pour moi. Je ne réclame rien, je ne revendique rien. Laissez-moi tranquille. Et si, un jour, je suis appelé, posez-moi vos questions. Mais en attendant, s'il vous plaît, oubliez-moi.»
L'intégralité de l'interview avec Aymeric Laporte est à lire dans le nouveau numéro de France Football disponible mardi en kiosque et dès à présent en ligne en cliquant ici.
Patrick Sowden
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :