Cristiano Ronaldo a marqué un magnifique retourné acrobatique /Photo prise le 3 avril 2018/REUTERS/Max Rossi (L'Equipe)
Retro

2018 : Le retourné de Cristiano Ronaldo raconté par ceux qui l'ont vécu...

Il y a tout juste deux ans, Cristiano Ronaldo qualifiait le Real Madrid face à la Juve d'un penalty plein de sang-froid. À l'aller, il avait inscrit l'un des buts de la décennie. Deux supporters merengue et Fabio Licari, journaliste pour la Gazzetta dello Sport, racontent leur moment.

«Comme si je le savais, que c'était normal...»

Guillaume, 22 ans
«J'étais dans ma chambre, comme d'hab', avec mes deux maillots de Cristiano posés sur mon fauteuil. J'étais à fond, surtout que le Real menait et que Cristiano avait marqué dès le début du match. Je voyais que c'était un match pour lui. Le Real commence à dominer, à dominer, à dominer... D'un coup, le retourné. Ma première réaction, ç'a été de sourire. Comme si je le savais, que c'était normal. Comme si c'était écrit. Je n'ai pas bougé. Encore une fois, c'était lui le meilleur. Et ce n'est qu'après que j'ai vraiment crié...»

«La sensation d'avoir vu le plus beau but du siècle»

Fabio Licari, journaliste pour la Gazzetta
«J'étais au stade. C'était un match où le Real dominait, jouait bien. La Juventus n'était pas dans sa rencontre, au niveau de la défense et de l'organisation globale, surtout. Il n'y avait absolument aucune chance pour la Juve. Tout était pour le Real. Quand Cristiano a marqué, le stade, d'abord, était silencieux. Quelques secondes de silence... Et tout le stade, y compris la tribune de presse, a ensuite commencé à applaudir. C'était la première fois que je vivais ça, mis à part le but de Diego Maradona au Mexique. Mais c'était encore autre chose. Tout le monde s'est levé, tout le monde a applaudit, au moins une minute, en reconnaissant cet incroyable but. Et Cristiano Ronaldo l'a compris. Je crois que ça a été le premier pas pour la négociation, par la suite, qui a fait que Cristiano a signé à la Juve.
«À la Gazzetta, on a fait la première page, et on a beaucoup parlé de ce but, forcément. On ne pouvait pas passer à côté. C'était quelque chose de formidable, de différent.»
Ce jour-là, les gens ont aussi saisi que s'il venait, il pouvait marquer ces buts-là avec la Juve. Alors que Cristiano n'est pas quelqu'un toujours très apprécié... Donc tout a commencé cette nuit. C'était sensation d'avoir vu le plus beau but du siècle. Et les gens se sont dit “ok, ils sont plus forts”. Il n'y avait pas de haine. Plutôt un sentiment de "Pas de problème, la Juve était moins forte". Et on en a parlé pendant de nombreux jours... À la Gazzetta, on a fait la première page, et on a beaucoup parlé de ce but, forcément. On ne pouvait pas passer à côté. C'était quelque chose de formidable, de différent. J'ai écrit que le quart de finale était terminé. Et la qualité du but a certifié la différence entre les deux équipes.»

«Un extraterrestre»

Bertrand, 23 ans
«J'étais chez moi, à Bordeaux. Et, vraiment, à chaque but du Real, on célèbre. C'est comme ça, c'est la passion. Il y avait déjà eu des grosses occasions avant, donc on criait déjà. Et Cristiano nous fait quoi... Cerise sur le gâteau. Centre de Carvajal, il sort un retourné... Laisse tomber. Sur le coup, tu ne réalises pas trop. Tu te dis simplement que c'est un retourné acrobatique, tu cries. Puis tu vois un ralenti, deux ralentis, trois ralentis. Le mec, il a volé ! Je n'ose pas imaginer les voisins. Mais ça aurait pu être un vieux pointu, on aurait autant crié. En tout cas, c'était énorme. Et lui, un extraterrestre.» - A.B.

Tous les quizz de France Football
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :